Développez vos compétences professionnelles grâce à une formation ultra-personnalisée !

Développer vos compétences et acquérir de nouvelles connaissances est un atout indéniable pour votre carrière et pour l’entreprise. Heureusement, la loi et de nombreux dispositifs encouragent la formation professionnelle et vous permettent de bénéficier d’une prise en charge par votre employeur.

Mais comment formuler une demande de formation auprès de son employeur de manière efficace ?

Ce guide vous accompagnera pas à pas pour maximiser vos chances de voir votre demande aboutir et vous permettra de concrétiser vos aspirations professionnelles.

Choisir une formation adaptée à la fois au salarié et à l’entreprise

Opter pour une formation qui soit en corrélation avec l’activité de la société augmentera les chances du demandeur d’obtenir l’accord de son employeur lors de la formulation de la requête. En effet, le thème choisi doit contribuer, d’une manière ou d’une autre, à améliorer la qualité du travail du salarié, ses résultats et, bien évidemment, les différents services offerts par la société.

Par exemple, le salarié concerné occupe le poste de secrétaire et ses missions s’avèrent très variées. Il doit se charger aussi de la gestion comptable et administrative en même temps. Or, il n’excelle pas dans ces domaines. Une formation complémentaire viendrait renforcer ces acquis et lui permettrait d’être plus à l’aise pour les réaliser.

Quand le salarié argumente sur ses projets auprès de son employeur, il doit présenter cette problématique et souligner les bénéfices qu’il en tirera après avoir suivi cette formation. Pour ce faire, il doit savoir bien choisir la formation à suivre avant de soumettre sa demande : Linguaskill, CACES, VAE, certification Cléa, PCIE, TOEIC, TOEIC, etc. Il doit rester persuasif face à son supérieur en le convainquant de l’utilité et de la nécessité d’une formation pour toute l’équipe.

En tout état de cause, les formations choisies doivent correspondre au profil du salarié, à son solde disponible dans le CPF et aux abondements alloués par son employeur et à son statut actuel : demandeur d’emploi, entrepreneur, salarié, etc. Pour être sûr de faire le bon choix avant de consulter son superviseur, il est judicieux de demander les conseils et l’accompagnement d’un expert. Pour le Compte Personnel de Formation en particulier, la plateforme propose désormais les services de Conseil en Evolution Professionnelle pour faciliter le processus de l’apprenant dans la sélection de la formation.

Discuter du programme de formation avec son employeur au moment propice

Comme nous venons de l’évoquer brièvement dans l’introduction, tout est une question de temps. En effet, le salarié ne doit pas soumettre de demande de formation pendant la haute saison, c’est-à-dire lorsque toute l’équipe est débordée de travail et que les tâches urgentes doivent être réalisées et livrées dans un délai imparti.

Ici, les mêmes procédures que pour introduire une demande de congé doivent être suivies. Bien entendu, chaque société dispose de son propre règlement intérieur. Néanmoins, la présentation du projet de formation doit être réalisée en amont et plus particulièrement, en basse saison ; autrement dit lorsque les membres de l’équipe ne sont pas sous pression.

Il est donc préférable de consulter son supérieur hiérarchique quelques mois à l’avance afin qu’il puisse mieux s’organiser et dispatcher les tâches comme il faut.

Une autre possibilité consiste à faire part de ses aspirations professionnelles lors de l’entretien de fin d’année. C’est la meilleure période pour faire le bilan de l’année et identifier le chiffre d’affaires généré ainsi que les différents points d’amélioration à venir.

Au cours de cette entrevue, vous pourrez partager vos besoins de formation avec votre supérieur. Soulignez clairement les raisons liées ainsi que les intérêts de l’entreprise vis-à-vis de la formation demandée.

Préparer le terrain avant de convenir d’un entretien physique avec l’employeur

L’entretien de mi-année ou de fin d’année qui se déroule en direct avec l’employeur doit toujours être précédé d’une lettre manuscrite ou d’un e-mail. Il s’agit d’une approche classique qui s’applique dans presque toutes les entreprises.

Cela permet de renforcer la crédibilité de la demande du salarié. Par l’écrit, il aura l’occasion d’exposer longuement ses aspirations en matière de formation. Il aura tout le temps nécessaire pour bien expliquer ses objectifs et les résultats qu’il attend du cours : optimiser de nouvelles compétences, fournir un travail plus qualifié, savoir apprivoiser la concurrence, veiller aux intérêts de l’entreprise, etc.

Pour que le message écrit soit un succès, une attention particulière doit être portée à la qualité de la lettre. Cette dernière doit être rédigée et orthographiée correctement. Elle doit être très pointilleuse pour qu’aucun détail important ne puisse être négligé.

Puisqu’on se trouve dans un contexte professionnel, le langage familier est à éviter. Le mieux est d’adopter un ton soutenu et formel.

Pour rappel, réussir sa demande de formation sous-entend que le salarié fasse des compromis entre ses attentes personnelles et professionnelles. Les cours devraient l’aider à acquérir toutes les connaissances requises pour bien exercer son métier actuel.

Si cela concerne un changement de poste, il convient de souligner ce que l’entreprise pourrait gagner en l’autorisant à suivre une formation. Tout cela nécessite bien sûr un avant-propos écrit à envoyer par email par exemple.

Quoi qu’il advienne, le travailleur doit identifier le moment approprié pour exposer son programme à son supérieur. Un mauvais timing risque d’entraîner un refus immédiat de la part de l’employeur.

Formations populaires